ARDIF / FORUM 21/01/2017

Retour sur les interviews et les albums photos de la manifestation   FIZZ https://www.facebook.com/pg/ardenncafe/photos/?tab=album&album_id=1189604041159863 BAPTIZEIN and Secret Yolk https://www.facebook.com/pg/ardenncafe/photos/?tab=album&album_id=1190339851086282 PLATOON PLAYGROUND https://www.facebook.com/pg/ardenncafe/photos/?tab=album&album_id=1190538704399730 Lire la suite

LE BAL DES ENRAGES

Le Bal des Enragés est de retour
pour une troisième édition de fous furieux !
Une nouvelle tournée, et un nouvel album live enregistré dans trois lieux différents, premier disque d’un ‘TriptyK’ qui sera complété par un second album live et un DVD du collectif en concert (sortie prévue automne 2016).

Quand la crème des musiciens de l’alternatif et du metal français s’unit pour proposer un véritable show calibré pour vous en mettre plein la vue, elle ne le fait pas à moitié. Le Bal, c’est donc un set composé des plus grands standards Punk, Rock et Metal des dernières décennies revus et corrigés avec talent !

Avec les musiciens de Tagada Jones, Parabellum, Lofofora accompagnés de Stéphane Buriez de Loudblast, VX de Punish Yourself, Poun de Black Bomb A et Vince d’Aqme.

La tournée du Bal des Enragés
16/04/2016 LES HERBIERS (85) Festival on n’a plus 20 ans
21/04/2016 TOULOUSE (31) Le metronum
22/04/2016 ISTRES (13) L usine
23/04/2016 FUMEL (47) Centre culturel de fumel
28/04/2016 PARIS (75) Alhambra
29/04/2016 PARIS (75) Alhambra

30/04/2016 VITRY LE FRANCOIS (51) L’orange bleue
06/05/2016 LE CATEAU CAMBRESIS (59) Zikenstock
07/05/2016 NILVANGE (57) Le gueulard plus
14/05/2016 COLMAR (68) Festival rock in hell
20/05/2016 ARPAJON (91) Espace concorde
21/05/2016 VITRY SUR SEINE (94) Festival sur les pointes
04/06/2016 SCEY SUR SAÔNE (70) Echo system
12/06/2016 PARIS (75) Download Festival
17/06/2016 CLISSON (44) Hellfest
08/07/2016 ST PROUANT (85) Festival les feux de l’ete
09/07/2016 LONGWY (54) Rock ‘n’ roll train festival
30/07/2016 ALBI (81) Xtrem Fest
03/09/2016 L’ILE D’YEU (85) Chapiteau de l’ile d’yeu
14/10/2016 BERGERAC (24) Rocksane
15/10/2016 LA VOULTE-SUR-RHÔNE (07) Crashmusette festival
22/10/2016 MEISENTHAL (57) Halle verriere
23/10/2016 VAL D’AJOL (88) Chez narcisse

ARMAN MELIES -VERTIGONE-

D’Arman Méliès, on connaissait le folk astral des premiers disques, les miniatures cinématographiques, la poésie surréaliste, et les relectures post-punk du dernier album en date, « AM IV ». A l’évidence, il faudra désormais compter avec lui sur le terrain de l’indie-rock épique et impétueux, avec ce nouvel album sanguin, lyrique et ombrageux, « Vertigone » produit par Pete Prokoviw et Antoine Gaillet.

Arman-Méliès-Vertigone-Album

Cinq. En cinq albums, Arman Méliès s’est construit un patronyme solide dans le monde de la création française. Un nom de musicien, un compositeur réputé voyageur, pour lui ou d’autres (Alain Bashung, Thiéfaine…), capable de glisser d’une pop oblique jusqu’aux contrées électroniques. Un curieux, défricheur, cascadeur même. Sa dernière expérience « AMIV » était synthétique… et le revoilà, avec « Vertigone », amoureux des racines, interprète, taillant dans les guitares ce qu’il avait sondé auparavant dans les claviers. L’homme n’a pas changé, il est fils d’exigence mais il « avait des envies de chanteur, voulait retrouver la magie du guitare-voix sans se cacher derrière la technologie ». Toutes les chansons ont donc été composées à l’ancienne, dans la tradition : avec un rythme, une guitare et une ligne de chant. « Je voulais arrêter de couper les cheveux en quatre. J’ai d’abord commencé en format électrique, la guitare acoustique est venue se greffer après au moment du travail en studio, elle s’est promenée dans les chansons, comme un élément esthétique. Elle a amené aussi bien une tonalité ornementale qu’une sècheresse folk qui était adaptée à la rusticité des compositions. »

Retour aux bases toute ! Donc. Quand le son est proche de l’os, que l’essence blues ronge les guitares et que la voix raconte l’histoire dans un instant d’exultation et de don. La musique, Arman Méliès la veut maintenant comme une vibration pure, une exploration sans filet, une expérience sans prismes, ni filtres, ni masques comme il le dit si bien dans ce morceau phare de « Vertigone » : Tessa. Cette œuvre maîtresse, il l’a ourdie en tournée, pendant qu’il tenait la guitare du groupe de Julien Doré, comme à l’accoutumée. Le soir ou en journée, tous les matins où il était enfermé dans une loge, ses chansons personnelles prenaient forme dans leur coin suivant les bons vieux procédés de la création immédiate. La tournée n’était pas terminée depuis une semaine que l’album avait déjà trouvé son tour définitif, avec des nouveaux musiciens comme partenaires de jeu (Antoine Kerninon à la batterie, Adrien Daoud au sax ténor, Pierre-Louis Basset & Janick Top à la basse) à l’exception d’Antoine Gaillet, complice de la première heure, une nouvelle fois chargé de la réalisation et du mixage de l’album.

Arman Méliès est là. Et si « Vertigone » est certainement son album le plus rugueux, il n’a rien de minimal, au contraire. Peut-être tient-il là son disque le plus foisonnant et le plus extraverti. En studio, les arrangements ont fait leur œuvre pour venir « chatoyer » les rudesses d’origine et le plaisir des enjolures a parfait la pureté de l’intention. Comme chez Arcade Fire, ils caressent l’exaltation d’une douce lueur violette (Les chevaux du vent fou, Constamment je brûle), ils construisent des châteaux de lumière pour accompagner les grandes chevauchées vocales (Fort Everest), renforce d’une odeur d’orage le ciel chargé au dessus du Volcan ou invite au grand saut A deux pas du barrage. L’orchestration, jamais bavarde, y sert la limpidité du chant et la musique naturelle du texte. «Les textes ont leur propre rythme. Ces chansons sont de vrais tandems. Instrumentales, elles ne fonctionneraient pas et sous forme de récits, elles ne marcheraient pas non plus… Ces chansons m’habitent différemment. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Elles ne sont pas des créations abstraites, elles me semblent beaucoup plus intimes, internes. Pour la première fois, je ressens une sensation de fierté, alors que je ne suis pas coutumier du fait. J’ai une envie folle de les jouer sur scène, de les faire vivre. » Rendez vous est pris.

http://armanmelies.com/

athome

ERNIE BALL Capturing the White Buffalo

3397f2242f1d57144ecc2c30_640x1002

 

Join Ernie Ball as we follow The White Buffalo, aka Jake Smith, as he records his new album, Love and the Death of Damnation. From inspiration, to writing, fine-tuning, recording, and mixing, to rehearsing and performing live, experience the trials and tribulations of a modern day troubadour. In Episode Three, Jake discusses transforming a raw idea into a finished product, and how to solidify an arrangement for recording.

Rejoignez Ernie Ball lors de l’enregistrement de  The White Buffalo, aka Jake Smith, comme il enregistre son nouvel album, l’Amour et la Mort de Damnation. De l’inspiration, à l’écriture, des réglages fins, l’enregistrement et le mixage, pour répéter et jouer en direct, découvrir les épreuves et les tribulations d’un troubadour des temps modernes. Dans l’épisode trois, Jake discute comment transformer une idée brute en un produit fini, et la façon de solidifier un arrangement pour l’enregistrement.